L‘Isle-sur-la-Sorgue, poème de Vette de Fonclare

Construite sur des pilotis
Sur un entrelacs de rivières
Chantant encor le cliquetis
Des roues à aube de naguère,
C’est la Venise comtadine.
Et son marché au fil de l’eau
En a fait une gourgandine
Courtisée par tous les gogos

Accourus pour le pittoresque.
Mais après tout, peu lui en chaut !
Ses « negochins » ressemblent presque,
Qui sillonnent ses blonds canaux,

Aux barques bleues de l’Italienne.
L’Isle est aussi un éventaire
Dissimulant sous ses persiennes
Des trésors et des antiquaires !

Antiquaires et brocanteurs
Vous vendant en larges brassées
Des merveilles et des horreurs.
C’est la ville des vieux objets,

Du passé aux couleurs fanées,
Des antiquités et du faux :
Vraiment une étrange cité
Flottant sur de très vieilles eaux.