armoiriesSelon toute vraisemblance, nos armoiries actuelles ont pris corps au milieu du XIVe siècle.

Elles se décomposent en plusieurs éléments : l’Eau qui représente la Sorgue, l’élément vital pour les pêcheurs. L’histoire de la cité ne saurait s’écrire sans elle.
Le Feu de Saint-Antoine (flamme rouge) est un rappel de la prière ardente des Islois à Saint-Antoine, le Père du désert, lorsque la maladie épidémique que nous appelons aujourd’hui  « Zona » et que nos anciens surnommaient « la ceinture de Feu de Saint-Antoine» quand elle se manifestait autour de la taille. Cette maladie régnait déjà sur le petit hameau de pêcheurs au IVe et Ve siècle. Ce rappel semble être dû à l’insistance des chanoines de la Collégiale Notre-Dame des Anges.
Les Hérons (support) : on nomme support d’armoiries des animaux que l’on place de chaque côté de l’écusson pour le garder. Les hérons sont des échassiers subaquatiques qui recherchent dans l’eau claire leur nourriture. Leur symbolisme rappelle à quel point la Sorgue a comblé de ses bienfaits notre ville.
La Devise : « Ardet in Hostem », veut exprimer la noblesse des Islois tout au long de leur histoire. La traduction en serait « Prêt à se battre pour repousser l’ennemi » . Cette ardeur témoigne du passé glorieux des habitants de L’Isle qui défendirent leur cité, sans que jamais elle ne fut prise.
D’après Gustave LEGIER « Etude des armoiries de L’Isle ».

Ces armoiries nous allons les trouver déclinées un peu partout.

Première apparition sur un monument
Première apparition sur un monument
« 1 of 4 »
Print Friendly, PDF & Email
Partagez avec vos amis ces informations!Share on FacebookTweet about this on Twitter